Travaux et Innovations
Contactez nous

Nous contacter

Identification
Noter cette page
Note moyenne : 0 / 5

Page notée 76 fois.

Votre note :

 

"Nouvelles régions, nouvelles dynamiques : vivre la régionalisation"

Retour sur l'AG du vendredi 8 avril 2016


Le 8 avril, les adhérents de la FNGeda se sont retrouvés pour leur AG à Paris.

Au menu de cette journée : l’AG statutaire le matin, avec l’élection du Conseil d’administration et du Bureau et, l’après-midi, une table ronde et un débat autour de la régionalisation.

 

Animé par Jean Lavergne, la présentation du rapport d’activité a mis l’accent sur quelques évènements phares du réseau :

- Le projet bien être porté par l’InterGroupe Féminin, avec les formations et interventions de Pierrette Desrosiers, Psy Coach québequoise, qui a mobilisé plus de 1000 agricultrices et agriculteurs et dont les suites, nombreuses, se mettent en place en 2016,

- Le portage de partenariats nationaux :

  • avec l’APCA et l’organisation de voyage de presse pour 2016
  • avec la FNCuma, Gaec et société, la FNCivam autour d’une réflexion commune sur le sens du collectif et sa défense,
- Les projets régionaux auxquels la FNGeda participe :
  • Le SPACE, porté par la FRGeda Bretagne, Trame et la FNGeda, qui a réuni 200 éleveurs en 2015 autour de 3 débats,
  • La réunion des magasins de producteurs de Poitou Charente avec l’association Forme en Ferme, adhérente à la FNGeda,
  • Le développement et le portage de projets agro-écologiques en Franche Comté, notamment sur les prairies permanentes et la santé du troupeau

CAP à L'ouest, les 19 et 20 janvier 2017

Eric Touzard, président de la FRGeda Bretagne, a présenté l’avancé de l’organisation du Festival des groupes qui se tiendra en janvier 2017 en Bretagne. (voir la rubrique du Festival)


Un nouveau CA et un nouveau Bureau ont été élus lors de cette AG

Le nouveau bureau est composé de 9 personnes : Olivier Tourand (Président), Marie Pascaud (Vice-présidente), Benoît Logeart (Vice-président), Etienne Gautronneau (Vice-président), Philippe Decorne (Trésorier), Marie Allet (Secrétaire), Hervé de Smedt (membre), Eric Touzard (Membre), Karen Serres (membres).

Retrouvez vos élus
 

L’après-midi a été l’occasion de donner la parole à 3 présidents de FRGeda ainsi qu’à une élue du CR de la nouvelle région Aquitaine Limousin Poitou Charente.

Ainsi Etienne Gautronneau, pour les Pays de la Loire, Etienne Périn pour le Nord Pas de Calais et Jean Lavergne pour le Limousin, ont-ils présenté le fonctionnement de la leur structure régionale, pensé et mis en œuvre chacun selon des modalités diverses liées à des contextes particuliers.

Geneviève Barat, elle-même éleveuse et élue régionale a prêté une oreille attentive au débat pour ensuite tenter de répondre aux interrogations soulevées.


Engagée dans une logique de rupture avec la chambre régionale d’agriculture dans les Pays de Loire, suite à un désaccord sur les projets à mettre en place, la FRGeda est aujourd’hui employeuse en directe de 2 salariés qui œuvrent principalement sur des projets érosion et agriculture de conservation des sols. Le fait d’être employeur est certes très responsabilisant mais « c’est le jour et la nuit » souligne Etienne Gautronneau, qui met l’accent sur la liberté acquise.

Dans le Nord Pas de Calais, la dynamique initiée avec le Festival des groupes en 2012 a des difficultés à se maintenir même si les groupes de la région travaillent sur une identité visuelle commune. Etienne Périn déplore le manque d’animation régionale qui est un élément essentiel pour entretenir la vie d’un réseau régional et qui sera d’autant plus vital que la région Nord Pas de Calais est dorénavant « mariée » avec la Picardie.

La situation est encore différente en Limousin où la FRGeda regroupe deux FDGeda et une chambre d’agriculture et entretient de bonnes relations avec les 3 chambres et la chambre régionale. Ce partenariat efficace où chacun connait sa place et trouve un rôle à jouer, avec notamment une déléguée régionale Trame mise à disposition pour la FRGeda, a permis le montage d’un projet Miracl autour de l’agro-écologie.

De ces témoignages, émerge en particuliers la question du financement, indispensable à la survie des groupes et de leurs fédérations mais difficiles à aller chercher dans ces nouvelles régions, avec l’éloignement des lieux de décision et la réduction de la part de la ruralité dans les instances décisionnaires. Une partie de la réponse repose sur l’’importance de rester sur des logiques de projet pour répondre à des appels à projets et de créer du lien sur les territoires, notamment avec les Geda porteur de projets locaux.


Dans son rapport d’orientation, en fin de journée, Olivier Tourand, réélu à la présidence de la FNGeda, rappelle que les groupes de développement sont des incubateurs de projets et doivent le rester, dans une approche pro-active et autonome.

Et pour mener cette mission, les groupes, portés par des bénévoles, doivent pouvoir être financés sur des temps d’animation pour leur permettre de mener leur réflexion et de la mettre en œuvre.

Trame et la FNGeda sont aussi là pour accompagner ces projets sur le terrain et faire entendre la voix de ces collectifs innovants, pour que les agricultrices et les agriculteurs qui rêvent des projets osent se lancer. Il s’agira pour Trame d’aider à la mise en place de moyen d’animation sur les territoires et pour la FNGeda d’accentuer son lobbying pour faire reconnaitre le « collectif ascendant ».

 

Quelques échos de la presse présente le 8 avril

 - La FNGeda prépare la régionalisation par l'Actualités Agricoles

 - Groupes de développement : Les forces vives de proximité en mode projet, par la France Agricole

 

 


 

 

15 avril 2015 : AG de la FNGeda
Des groupes à la FNGeda... quel projet collectif ?


Le matin a été consacré à l’AG statutaire et l’après midi à une intervention-débat sur le devenir des groupes de développement


Jean Lavergne, secrétaire de la FNGeda présente le rapport d’activité. 4 actions sont développées :

  • Les 3JP, moment fort du réseau, a réuni une trentaine de participants autour du thème « Osez et boostez vos projets grâce à vous-même, au collectif et au territoire »
  • La mise en réseau a permis le repérage de nombreuses actions portées par les groupes, notamment en agro-écologie, sur les cultures et sur la communication. Ces actions sont visibles sur www.pardessulahaie.net
  • L’action vie des régions fut l’occasion de faire un tour des régions en donnant la parole aux représentants présents. Mettant l’accent sur l’accompagnement à la modernisation des groupes, Jean Lavergne précise que "Ce travail de rénovation des groupes doit continuer et nous avons aujourd’hui un outil dans la loi d’avenir qui peut être une réponse à ce que nous voulons faire. Il faut sans doute que les régions s’y attèlent plus encore et peut être trouvent des coopérations. Il faut travailler sur l’émergence, sur la mise en réseau également, d’’autant que beaucoup de groupes travaillent sur l’agroécologie »
  • L’action de IGF a porté sur sa structuration et la préparation du projet « Bien-être au travail » avec la venue de Pierrette Desrosiers. L’IGF a également fait un grand pas dans sa communication avec la création de son nouveau logo.


A-M : Intervention de Claude Compagnone, professeur de sociologie des organisations et de l’innovation à AgroSup de Dijon

 


Des groupes à la FNGeda... quel projet collectif ?

Pourquoi cette thématique ?

Parce que les groupes évoluent, dans leur fonctionnement et dans  leur composition, avec des incidences à tous les niveaux de l’organisation

Objectifs et finalités pour la FNGeda :

  • Entamer une réflexion sur cette thématique et sur ce que doit être une FNGeda au service de ses adhérents
  • Réfléchir à l’organisation à mettre en place dans le réseau,
  • Construire la FNGeda de demain, avec un événement refondateur en 2017

Quelques extraits de l'intervention de Claude Compagnone et des échanges avec la salle

On est dans une société très individualiste, ce qui est positif dans le sens où chacun cherche à se réaliser et négatif dans le sens où les gens ne s’engagent plus. Une des raisons de ce non engagement est justement l’incertitude liée à l’avenir car, par crainte de ne pas pouvoir tenir un engagement car l’avenir étant incertain, les gens préfèrent ne pas s’engager du tout.

Aujourd’hui les collectifs agricoles sont des institutions « en voie de disparition », des institutions qui vont changer. Elles peuvent demeurer importantes mais leur rôle va différer. Les groupes ne pourraient-ils avoir un rôle d’incubateur, être attentifs à toutes les démarches de start up, d’incubation, de mise en réseau ?

Les groupes aujourd’hui ne sont ni complètement dans les institutions ni complètement en dehors et ils ont besoin des groupes déjà constitués. Une question peut être : comment faire vivre les groupes existant à coté de ces nouveaux groupes ?

L’agro-écologie est intéressante pour les groupes car rien n’est calé au plan technique, et ni la recherche ni le développement agricole n’ont de définition précise de ce qu’elle est. Il n’existe pas non plus de connaissance générale : la connaissance en agro-écologie est une connaissance située qui doit être réfléchie localement. Par conséquent c’est la capacité agronomique de l’agriculteur qui est sollicitée.

Pour changer, il faut pouvoir se reposer sur des choses qui ne bougent pas.

Si les groupes sont des lieux de connaissances, comment cette connaissance passe d’un milieu à un autre, comment un autre milieu peut en profiter et quel appui méthodologique est nécessaire pour faire ce travail ?

Le rôle de la FNGeda ? Peut être que ce qui rassemble au sein de la FNGeda, c’est la façon de partager la connaissance et les groupes pourraient s’appuyer sur la FNGeda pour capitaliser leurs connaissances.

 

Pour conclure la journée, Olivier Tourand souligne que "Nos préoccupations sont les mêmes que dans la société, on a les mêmes maux. Cependant le réseau FNGeda permet la densité de dialogue que Claude Compagnone a mentionné, il faut juste réapprendre à la valoriser et à s’en servir"

Le réseau FNGeda a beaucoup d’agriculteurs innovants et notre défi est d’être novateur dans la relation à créer avec et entre ces groupes. La FNGeda doit être un lieu de réflexivité, d’actions et d’appui à nos adhérents.

 

Pour information : Pour cette AG, nous avons eu beaucoup d’excusés, la météo ne nous a peut être pas aidé. La conséquence en est que le quorum n’est pas atteint.

Il a été proposé de faire une seconde AG le jour du CA de la FNGeda le 21 mai.

 Pour toute information complémentaire : Rosemonde Comlan ou Yasmina Lemoine - 01 44 95 08 21

 

 

Assemblée générale de la FNGeda du 22 mai 2014

"Nos collectifs agricoles dans leur territoire et le financement
de leurs projets"

L'Assemblée Générale de la FNGeda s'est déroulée le jeudi 22 mai 2014 à Paris. La table ronde de l'après-midi a sucité de nombreuses questions et échanges sur le thème "Nos collectifs agricoles dans leurs territoires et le financement de leurs projets".

Elle réunissait : 

  • Luc Maurer, Conseiller technique du Ministre de l’Agriculture 
  • Jacques Rebillard, Vice-Président du Conseil Régional de Bourgogne, représentant d’ARF 
  • Patrick Perraud, Vice-Président du Ceta Bressan de la FDGeda de l’Ain 
  • Emmanuel Bouchard, Président des Syndicats des Vignerons de Valréas (Vaucluse)

 

Table ronde animée par Philippe Desnos, délégué régional à Trame


 


Olivier Tourand accueil les invités et présente les intervenants de la table ronde.

"A la FNGeda on aime les échanges et les débats. A Luc Maurer et Jacques Rebillard : « Les adhérents vont vous faire part de leurs demandes, de leurs souhaits vis-à-vis des pouvoirs publics ». Les PDR (programme de développement rural) sont en phase de finalisation donc nous attendons de voir comment il faudra s’organiser demain pour réaliser nos projets (rôles des COREAMR, PEI…)"


 

Philippe présente le contexte autour d’un collectif qui porte un projet. La parole est donnée aux 3 agriculteurs témoins de deux projets : De quoi est porteur leur collectif aujourd’hui ? Comment ont-ils mené leurs projets ?

  • Le projet Valréas 2021 sur la valorisation de leur appellation viticole, par Emmanuel Bouchard et Jacques Coipel

  • L’implication des groupes de l’Ain dans l’action agriculture durable dans le cadre du Contrat de Développement Durable Rhône-Alpes, par Patrick Perraud

Philippe Desnos passe ensuite a parole à Luc Maurer avec quelques questions 

  • En quoi les collectifs sont attendus dans les politiques publiques ?

  • Les collectifs agricoles ont pour mission de répondre aux attentes des agriculteurs mais aux attentes sociétales également : comment peut-on arriver à combiner les deux ?

  • Nous avons vu à travers les témoignages que les collectifs ont des difficultés à porter les projets : est-ce selon vous aux collectifs de le faire ?


 

Pour Luc Maurer "Nous attendons les collectifs sur les enjeux liés à l’agro-écologie : répondre à des enjeux à la fois économique et environnementaux".

« N’ayez pas peur de faire valoir vos idées, battez-vous ! »


La parole est donnée ensuite à Jacques Rebillard pour se présenter et de nous dire "où les collectifs agricoles sont attendus dans les régions"

"Chaque région mène globalement les mêmes actions mais le Feader demande également qu’elles soient adaptées aux conditions locales. Les régions ont la volonté d’être réactives et à l’écoute. Le Feader n’aura pas vocation à répondre à toutes les demandes mais tous les financements ne viendront pas que du Feader pour pouvoir justement aller sur des choses différentes".

Pour Jacques Rebillard, il faut privilégier la région mais en fonction du projet, il peut-être plus pertinent de s’adresser aux PET. « Je crois en la force du collectif ».

Olivier Tourand donne quelques orientations pour l'année
  • Adapter notre réseau à l’échelon régional,

  • Connaitre et renforcer notre vie de réseau via notamment pardessuslahaie.net,

  • Développer des partenariats,

  • ...

Et Olivier Tourand de conclure : « A la FNGeda, nous privilégions l’énergie montante. Et nous réussirons notre projet, car nous en sommes tous acteurs ! ».


Une communication post AG est adressée aux adhérents. Pour lire ce communiqué, cliquez ici
Un communiqué est également adressé à la presse. Pour lire le communiqué de presse, cliquez ici

 

 

 


Dernière modification le 02-02-2017 par Rosemonde COMLAN.
Cette page a été consultée : 3011 fois.

Lettre d'information
Recherche
Les médias sociaux de Trame

Découvrez la nouvelle page Facebook de Trame


Trame et son réseau social
Cliquez sur l'image

Trame et sa chaîne Youtube
Cliquez sur le logo Trame pour la découvrir

 
Brèves Trame