Identification
Nos partenaires

Chambre d'agriculture de l'Orne 

Noter cette page
Note moyenne : 1 / 5

Page notée 47 fois.

Votre note :

Le groupe d’ "agriculteurs chercheurs" du Perche reconnu dans le cadre des appels à projets Agro-écologie du ministère.

Qu'est-ce que l'Agriculture Ecologiquement Intensive (AEI) ?

« L’AEI permet de produire plus ou autant, avec moins d’intrants non renouvelables et en utilisant mieux le fonctionnement des écosystèmes ». Chambres d’Agriculture de Bretagne

Le terme est né pendant le Grenelle de l’Environnement en Août 2008 pour évoquer la nécessité que l’agriculture française et mondiale soient capables de faire face aux importants besoins productifs qui se profilent et soient compatibles avec la santé humaine et celles des écosystèmes.

Ce mouvement vers une nouvelle technologie est un mouvement mondial. Il concerne aussi bien les agricultures conventionnelles hautement productives comme l’agriculture française, que les agricultures familiales pauvres des pays en voie de développement.

Ce mouvement concerne par ailleurs toutes les activités de production à partir des écosystèmes que sont les systèmes de grande culture, l’élevage, l’arboriculture et la foresterie, l’horticulture et le maraîchage.

L’idée d’une agriculture écologiquement intensive trouve son origine dans différentes réflexions et pratiques :

-les agricultures de conservation, raisonnée, de précision ou biologique

-les techniques culturales simplifiées et le non labour,

-le semis-direct,

-la Révolution Doublement Verte,

-la production intégrée

Il s’agit de dépasser les querelles anciennes entre ceux qui souhaitent « produire mieux »  (et produisaient souvent moins) et ceux qui souhaitaient « produire plus » (et surexploitaient les ressources de la planète).

"Le Groupement d'Intérêt Economique et Environnemental en Agriculture Ecologiquement Intensive est né en 2014 suite à une assemblée générale commune des deux GVA du Perche (Groupe de Vulgarisation en Agriculture) de Bellême-Pervenchères, et de la Vallée de l'Huisne. A cette occasion, le souhait a émergé de s'interroger sur les manières de réduire les apports d'intrants, de produits phytosanitaires et les charges de manière générale (mécanique, fuel etc.), l'objectif sous-jacent étant de tendre vers une plus grande autonomie des exploitations.

Un GIEE c'est  quoi ?

Les GIEE sont des groupements favorisant l’émergence de dynamiques collectives prenant en compte à la fois des objectifs économiques et environnementaux, en favorisant la mise en place de dynamiques au niveau local. Leur constitution permet de bénéficier plus facilement d'aides européennes. Pour être labellisé GIEE, il faut qu'un groupe établisse un projet qui corresponde aux orientations du PRAD (Plan régional d'agriculture durable). Il en existe à ce jour 3 dans l'Orne dont 1 dans le Perche.

L'AEI c'est quoi ?

L'Agriculture Ecologiquement Intensive est une appellation qui suscite en général des réactions,  l'association entre les termes "écologie" et "intensif" étant souvent perçue comme contradictoire. En permaculture cependant, l'idée d'un mode de production intensif et écologique sur une petite surface est plus facilement admise. Mais à l'échelle de plusieurs dizaines d'hectares la question se pose de comment mettre en œuvre une agriculture plus respectueuse de l'environnement, en préservant et régénérant ses sols, tout en assurant des rendements et en réduisant ses charges, de manière à mettre en place des fermes rentables et transmissibles. Ses membres considèrent pratiquer l'agroécologie, sois  une forme d'agriculture qui redonne avant tout du pouvoir de décision à l’agriculteur. Après l'étude de paramètres propres à son exploitation, tant d'un point de vue pédologique, mécanique, financier, que familial, le chef d’exploitation va établir un plan qui va mettre en jeu l’agronomie, les économies de charge et l’écologie.

Le groupe AEI du Perche est aujourd'hui composé de 19 adhérents de 28 ans à 73 ans. Il bénéficie de l'appui d'une animatrice, financée par la Chambre d'Agriculture via des fonds européens. Son rôle est d'être à l'écoute des adhérents, de leurs questionnements et de leur proposer un programme de formation et de visites en fonction de leurs attentes. L'une des règles d'or étant "d'accepter les idées les plus farfelues !"

Concrètement, le groupe s'intéressent plus spécifiquement aux techniques d'agriculture de conservation, soit à l'association entre non-labour, semi-direct sous couverts végétaux et rotations comprenant des intercultures et des culture associées pour régénérer le sol, trouver des solutions biologiques aux attaques d'adventices et recréer de la biodiversité et de la matière organique. Il s'agit par là de se réapproprier les savoirs agronomiques trop souvent détenus par des techniciens. Cet exercice qui nécessite d'accepter une vraie "révolution culturelle" dans ses pratiques suscite un réel enthousiasme, regain de créativité et de sens du métier chez ses participants.

Au sein du groupe, des synergies se sont spontanément mis en place pour l'achat groupé de matériel en CUMA ou de semences de couverts. Dans le contexte actuel, la possibilité de se réunir, de s'organiser et de réfléchir en groupe dans le sens d'une désaliénation aux multiples pressions exercées sur la profession, apparaît comme une solution concrète vers la reconquête du métier d'agriculteur."  « texte issu du travail d’enquête sur les dynamiques agricoles d’Alexandra Céalis »

démo SD à Ceton

semoir Weaving à Ceton (blé dans trèfle de colza)


 Pour en savoir plus:

Sites internet traitant de l'Agriculture Ecologiquement Intensive :

 

Vidéos traitant de l'Agriculture Ecologiquement Intensive :

Enregistrer

Enregistrer

Dernière modification le 13-11-2017 par Hélène SAGOT.
Cette page a été consultée : 2250 fois.