Lot
Partenaires
Mon bloc publicitaire
Noter cette page
Note moyenne : 1 / 5

Page notée 23 fois.

Votre note :


Dans le cadre de l'action régionale sur la santé et la sécurité au travail des salariés, nous avons recueilli des témoignages divers de salariés ayant été confrontés à un accident ou à la maladie professionnelle.

Voici le témoignage de Sébastien, Lotois.


  • Sébastien – 33 ans - Salarié agricole.

 

 

Sébastien, peux-tu nous décrire ton emploi ? 

 

Je suis salarié agricole depuis de nombreuses années, en CDI à temps complet pour le groupement d'employeurs départemental et je travaille précisément pour 5 agriculteurs ayant des productions diverses. Je m'occupe de troupeaux ovin viande, bovin viande, les activités liées au bois et tous les travaux courants d'une exploitation agricole.

 

Peux-tu nous décrire ce qu'il t'est arrivé dans le cadre de ton travail ?

 

Je travaillais donc sur ces exploitations et je réalisais notamment l'activité bois chez certains agriculteurs. Le plus souvent, je travaillais seul sur cette activité qui est une activité fatigante, dangereuse et qui nécessite un rythme de travail soutenu. J'utilisais du matériel mal adapté, non affûté.

J'avais suivi en préalable une journée de formation sur l’utilisation de la tronçonneuse car je n'avais jamais manipulé ce genre d'outil. J'avais également suivi une formation gestes et postures mais j'avais déjà mal au dos à ce moment là.

Au fil des années, j'ai développé une hernie discale et je suis convaincu que celle ci est due à mon travail sur l'activité bois.

 

 

Quels ont été les premiers signes de la maladie et comment a-t-elle évolué ?

 Dans les années 2008-2009 j'ai commencé à souffrir de douleurs dans la jambe. J'ai commencé à boiter et j'allais régulièrement me faire manipuler. J'ai ensuite régulièrement souffert de lumbagos et le médecin a finalement diagnostiqué une hernie discale. J'ai continué à travailler avec difficultés, je clouais par exemple le grillage à quatre pattes, jusqu'au jour où je n'ai plus réussi à me lever. J'ai été arrêté en février 2014 et opéré4 mois plus tard. Le mois qui a précédémon opération jene pouvais même plus me lever. L'hernie discale est passée en maladie professionnelle et j'ai un taux d'incapacité de 10 %.

En janvier 2015, je reprenais mon travailà temps complet.

 

 Quelles ont été les conséquences médicales de ta maladie ?

 J'ai été arrêté au total 1 an, je ressens encore des douleurs. Le week-end me permet de récupérer et j'ai pris conscience qu'à mon âge qui n'est pourtant pas si avancé que cela, je dois vraiment me ménager pour préserver ma santé. Je porte une ceinture dorsale et je sais que je vais vivre toute ma vie avec des troubles au dos ainsi qu'à la jambe avec des douleurs au nerf sciatique.

 

Et les conséquence professionnelles ? Quels aménagements ont été réalisés pour que tu reprennes ton travail dans de bonnes conditions ?

 J'ai suivi les préconisations et conseils du médecin du travail pour l'adaptation de mon poste de travail et pour les gestes à effectuer. Aujourd'hui, je ne fais pas plus d'1/2 journée de bois par jour et je ne travaille plus seul, j'exige que l'agriculteur soit présent pour m'aider. De même, je n'hésite plus à demander de l'aménagement ou de l'aide.

 J'ai adapté ma façon de travailler, par exemple au lieu de travailler par terre, par exemple, en soudure, je n'hésite pas à surélever le matériel sur lequel je dois travailler et pour cela je demande de l'aide. Pour clouer un piquet de clôture, je mets maintenant un genou à terre afin de protéger mon dos. Je travaille beaucoup plus avec les genoux pour éviter de trop tirer sur la colonne vertébrale.

 Il y a toutefois des travaux que je ne réalise plus : je ne fends plus le bois, je n'attrape plus les brebis pour la tonte.

 Je réfléchis beaucoup plus quand je dois effectuer certains mouvements et je ne travaille plus dans la précipitation.

Cela n'a pas été facile pour certains agriculteurs de se faire à ces adaptations, et d'autres, ont au contraire très bien compris.

 En 2016, j'ai suivi 3 jours de formation sur l’utilisation de la tronçonneuse avec la MSA, c'était beaucoup plus complet que celle que j'avais suivi auparavant.

  

Que peux tu nous dire en guise de conclusion et quel message souhaiterais-tu faire passer  ?

 

Je n'avais pas conscience du risque pour ma santé et pour mon dos en particulier. Un de mes employeurs m'avait bien donné des conseils en prévention mais quand on est jeune, on a mal nulle part. Et puis, on n'ose pas dire les choses. On fait le travail qu'on nous demande de faire et on ne demande pas d'aide. Aujourd'hui, c'est différent, je dis si cela ne va pas, je demande de l'aide si besoin et je mets tout en œuvre pour me préserver.

La maladie n'arrive pas que chez les autres. Il faut vraiment faire attention à ses gestes et postures.

 

 Témoignage de son employeur :

 Pouvez vous nous dire comment s'est passé de votre côté ? l'arrêt et la reprise de travail de Sébastien ?

 Nous avons reçu du médecin du travail de la MSA les avis médicaux avec contre-indications et préconisations pour le salarié. J'ai donc contacté et informé les agriculteurs « utilisateurs » du salarié de ces dispositions et des aménagements à mettre en place. Certaines activités ont été reprises progressivement par le salarié et d'autres ont été arrêtées.

Tous les agriculteurs ont dit qu'ils s'adapteraient. Avec le temps, un des agriculteur s'est retiré du groupe.

 

 

 

 

Dernière modification le 21-04-2017 par LOT Association des salariés agricoles.
Cette page a été consultée : 617 fois.